Parlons bouquins...

Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm

eaux troubles du mojito mini

En un mot (ou plusieurs)

Elles sont nombreuses, les belles raisons d’habiter sur terre. On les connait, on sait qu’elles existent. Mais elles n’apparaissent jamais aussi fortes et claires que lorsque Philippe Delerm nous les donne a lire.

Goûter aux plaisirs ambigus du mojito, se faire surprendre par une averse et aimer ça, contempler un enfant qui apprend à lire en bougeant imperceptiblement les lèvres, prolonger un après-midi sur la plage…

Et alors?

Quand j’ai vu ce livre en librairie, ses 40 petites nouvelles et sa couleur beige, je n’ai pas hésité une seconde avant de l’acheter. Son précédent livre La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules (1997) m’avait beaucoup ému. Avec Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d’habiter sur Terre, j’avais tout simplement envie de ressentir les mêmes émotions, de me replonger à l’époque de mes 17/18 ans et d’avoir une piqûre de rappel comme quoi le bonheur se trouve aussi dans les petits instants du quotidien. Et non, ce n’était pas seulement une excuse pour siroter un mojito 🙂

Le style de P.Delerm est bien présent: poétique et très belle description des moments simples de la vie. Cependant, le charme n’a pas opéré sur moi sûrement parce que je ne me suis pas sentie concernée par les thèmes abordés. Seules 4 nouvelles m’ont touché: « Ses lèvres bougent a peine » (un enfant qui lit), « Attention, peinture fraîche! », « On est en grève » (on fait parfois des rencontres intéressantes lorsque les barrières de l’individualisme tombent) et « S’aimer dans le metro » (une nouvelle à la fois émouvante et humoristique). En revanche les autres nouvelles m’ont laissées plutôt indifférente.

Donc je n’irais pas jusqu’à dire que je n’ai pas aimé mais j’ai tout simplement pas accroché. Peut-être que j’en attendais trop…

Si je ne devais retenir qu’un passage… 

« Ses lèvres bougent à peine » – Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d’habiter sur Terre

Ce qui est fascinant, c’est l’imperceptible mouvement de ses lèvres. Il ne fronce pas la front ni les sourcils. Mais il ne glisse pas encore sans effort sur la piste. Il lui faut ce déchiffrage pas tout a fait fluide, sublimé par l’envie, la passion, le désir émouvant de posséder ce monde ou il veut s’évader.

2 réflexions au sujet de “Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm”

  1. Je viens de le finir et j’ai trouvé que c’était une belle parenthèse entre deux grosses lectures. Personnellement, je n’ai jamais lu de Philippe Delerm et c’est un cadeau, pas un livre choisi. Du coup j’ai bien aimé 🙂
    Tu conseilles La Première Gorgée de bière du coup?
    Personnellement mes textes préférés ont été « Boire le soleil ou boire une ombre », « La Marque Jaune » et « Elles savent ». C’est agréable de se dire que chaque nouvelle peut toucher des personnes différement !
    Victoire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s