Contemporain, Parlons bouquins...

Soudain, seuls d’Isabelle Autissier

img_0477

En un mot (ou plusieurs)

Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde. Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn. Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar. Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls.

Leurs nouveaux compagnons: des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats. Comment lutter contre la faim et l’épuisement? Et si on survit, comment revenir chez les hommes?

Un roman où l’on voyage dans des conditions extrêmes, où l’on frissonne pour ces deux Robinson modernes. Une histoire bouleversante.

Et alors?

Soudain, seuls n’est pas mon genre de prédilection et je ne savais pas à trop quoi m’attendre. Une aventure sur une île déserte avec des parfums de romance sous les cocotiers devant un coucher de soleil… Et bien j’étais loin du compte. Ce roman est rempli d’amour, d’humanité, de réalité et de cruauté. On passe de l’un à l’autre au fil des pages.

Je me suis beaucoup attachée aux personnages qui sont au final comme vous et moi: qui ne se laisserait pas tenter par une aventure à l’autre bout du monde pour échapper au travail quotidien et parfois à la monotonie du couple? Plus qu’une histoire de Robinson Crusoé, c’est le récit d’être humains qui doivent survivre… quoiqu’il en coûte. Et c’est bien à ce moment où l’on commence à se poser la fameuse question: et moi, qu’est-ce que j’aurais fait à leur place?

Ce roman m’a fait aimé, pleuré, espéré; c’est un récit tendre et dur à la fois qui m’a fait frissonné de froid tant je croyais y être. Isabelle Autissier a su retranscrire une telle réalité qu’on penserait qu’elle l’a vécu. 

Seul petit bémol à ce roman est le retour à la civilisation que j’ai moins aimé bien qu’il ait été necessaire à la cohésion du livre.

Je le recommende vivement à tous ceux/celles en mal d’aventure. Ce roman a été dans sa globalité un vrai coup de coeur qui a fait vibré pendant quelques heures l’aventurière qui sommeille en moi. 

Si je ne devais retenir qu’un passage…

Des otaries et des éléphants de mer se prélassent en baillant de plaisir. Il regarde autour de lui et pense que rien, pas un vol d’oiseau, pas une vague, pas un brin d’herbe, rien ne changera s’ils disparaissaient ici. Le vent aura tôt fait de balayer l’empreinte de leurs pas.

Extrait de Soudain, seuls d’Isabelle Autissier

2 thoughts on “Soudain, seuls d’Isabelle Autissier”

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman moi aussi, j’ai trouvé qu’il nous faisait réfléchir en posant de bonnes questions comme : jusqu’où est-on prêt à aller pour survivre ? En plus, Isabelle Autissier écrit vraiment très bien, elle a une vraie plume et je pense un jour lire d’autres romans d’elle.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s