Contemporain, Parlons bouquins...

The reader on the 6.27 (VF: Le liseur du 06h27) de Jean-Paul Didierlaurent

liseurdu6h27

En un mot (ou plusieurs)

Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l’usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu’il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d’une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie…

Et alors?

Le liseur du 06h27 est un court roman qui a reçu plusieurs prix en 2015. Avant de lire la première page et même la quatrième couverture, j’avais une pointe de nostalgie me souvenant l’époque où je croisais parfois dans le métro en direction du lycée un homme qui récitait quelques vers d’Arthur Rimbaud à l’attention d’une rame bondée et endormie.

Le liseur est un homme d’une trentaine d’années, Guylain Vignolles, qui n’a pas une vie très intéressante et qui pour une raison qui me dépasse encore, lit des morceaux de livres dans le train de 06h27. Des morceaux, c’est le cas de le dire puisqu’il travaille sur une machine qu’il surnomme la Chose dont le but est de détruire des livres, les transformer  en une pâte à papier pour leur donner une seconde vie. Mais avant cette ‘réincarnation’, Guylain arrache quelques pages de la gueule de la Chose qu’il lira ensuite à son auditoire matinal jusqu’au jour où il trouve les écrits d’une jeune femme assez atypique. Il s’en suit ensuite une épopée pour la retrouver: plus il lit ses textes, plus il s’attache à cette inconnue. 

Alors qu’est-ce qui a fait que ce roman ait reçu un tel accueil du grand public? Je me pose encore la question pour être honnête. L’histoire n’est pas spécialement bouleversante, voir même ennuyeuse. Hormis les tirades d’alexandrins de son collègue et la quête de son ami pour trouver ses jambes disparues, j’ai eu l’impression que le style était assez plat, sans rebondissements. 

Alors non je n’ai pas été séduite, ni par le récit, ni par les personnages et je pense encore moins par le style. En revanche, pour ce dernier, je ne pense pas que ce soit dû à l’auteur mais plutôt à la traduction. Certaines longueurs de phrases françaises ont parfois été traduites presqu’au mot à mot, ce qui ne convient pas vraiment a l’écriture anglaise (mais là on est vraiment dans le subjectif, disons que ce n’ai pas le style littéraire que j’affectionne): c’était lourd, long et la ponctuation n’y changeait rien.  C’était la première fois que je lisais un livre français traduit en anglais et on ne m’y reprendra sûrement pas. 

Si je n’ai pas abandonné cette lecture, c’est seulement parce qu’elle était courte (moins de 200 pages) et que j’ai eu un faible pour la couverture. Je viens juste de relire la phrase d’accroche de L’Express au dos du livre  » The humanity of the characters… the re-enchantment of everyday life, the power of words and literature, tenderness and humour… The reader on the 6.27 is a must ». Nan vraiment, je ne vois pas… 

Si je ne devais retenir qu’un passage…

Midday is long since past, look up at the great clock. The big hand’s on half hour and it will not stop! Leave off your arrogance, your disdain disavow, You might still have a chance that I could open now.

Many a supplier has come to know my wrath, But just get here on time and my voice will be soft. Unload your consignment, and don’t look so amazed, Ended is the torment you caused with this delay.

Do try in the future to turn up here on time, Legendary patience will not always be mine. No matter what the hour, no nuisance is so great As to accept receipt of new freight at this gate.

Extrait de The reader on the 6.27 de Jean-Paul Didierlaurent – un camion de déchargement arrive à l’entreprise à l’heure du déjeuner alors que les portes sont fermées.

 

 

 

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de “The reader on the 6.27 (VF: Le liseur du 06h27) de Jean-Paul Didierlaurent”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s