Fantastique, Parlons bouquins...

La bibliothèque des existences de Thomas Gerbaud

IMG_0768

Alors qu’il rentre d’un long exil à l’étranger, Thibault Saintes, romancier à succès, va retrouver deux pages écornées qui décrivent dans les moindres détails les dernières vingt-quatre heures de sa vie. Cette découverte va le lancer dans une enquête sur les traces du passé et du vieux libraire qui fut jadis son mentor. Au même moment, un homme se réveille au beau milieu d’une clairière, sans aucun souvenir. Il va découvrir que, dans le monde où il est tombé, chacun possède un Livre Poussière, un ouvrage relatant sa vie de la naissance à la mort, entreposé entre les murs de la Bibliothèque des Existences et qu’il n’est pas arrivé ici par hazard.

Mon avis

Avant tout je tiens à remercier sincèrement Thomas Gerbaud pour m’avoir donné l’opportunité de découvrir son roman dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict.com. Soulignons que La bibliothèque des existences a reçu le premier prix concours Science Fiction 2017 Outre Fleuve et Librinova.

En lectrice compulsive, acharnée et parfois difficile que je suis, je ne pouvais pas passer à cote d’un roman dont le titre sonnait comme une révélation: qui n’a jamais songé que sa vie était déjà écrite de A à Z? Ne disons-nous pas que nous sommes les protagonistes de nos propres vies? Ca fait réfléchir, n’est-ce pas?

La bibliothèque des existences, c’est deux histoires parallèles qui se déroulent dans deux dimensions bien distinctes et qui d’une manière ou d’une autre sont liées. Difficile à concevoir? Et pourtant une fois le livre terminé, on se dit que ce n’est pas si farfelu que ça comme idée. Et on se rappelle même les petits indices disséminés ça et là parmi les pages; ces détails qui nous ont troublés et qui nous ont fait dire ‘et si ça se trouve…’ 

Pour le moment on en est aux héros, ceux qui font vivre cette histoire. D’un côté, nous avons Thibault Saintes, un homme évoluant dans le monde réel (du moins notre monde, après à chacun sa vision de la réalité) qui a l’air d’être du genre à écrire plus qu’à vivre des aventures et de l’autre un homme sans identité qui se fait appeler Ether, qui vit dans un monde ou la vie de chacun est déjà toute tracée..

Thibault Saintes est du genre à avoir une vie bien calme. Alors le jour ou il tombe sur une vieille cachette et qu’il y découvre un papier ou est décrit le résumé de sa journée précédente, il n’en faudra pas plus pour l’intriguer. C’est ainsi qu’il va commencer son enquête, tout d’abord en contactant une vieille connaissance qui va lui montrer que derrière ce morceau de papier anodin se cache un message à son attention.
Parallèlement, Ether n’a plus aucun souvenir de sa vie antérieure et pourtant quelques phrases vont lui revenir en tête. De là va commencer tout un périple car lui aussi il veut comprendre le sens de toute cette histoire et surtout découvrir qui il est.

Au fil des pages on est entraîné dans une immense énigme à résoudre ou chaque indice est scruté à  la loupe et ou chaque mot peut cacher LE petit truc qui mettra la puce à l’oreille. Chaque page est l’occasion de tenter de comprendre ce qui se trame et ne garder que les détails importants. Vu que j’aime les charades et autres jeux de mémoires et de logique, j’ai beaucoup aimé être plongée dans cet univers. En plus dans la version ebook, l’auteur a inclus les morceaux de papiers découvert par Thibault. Donc très vite on rentre dans le jeu et on commence à regarder comment les mots sont alignés ou encore à chercher des signes distinctifs que Thibault aurait pu oublier. Oui oui, on est vraiment dedans, limite à mettre son imper, son chapeau, prendre sa loupe et commencer son enquête en chantant ‘Lalala lala Inspecteur Gadget Lalalalala la la’.

Au final, j’ai été conquise par le roman: que ce soit sa forme – c’est-à-dire l’ecriture, la densité des mots (oui je suis très difficile, j’aime les styles aérés) et le style – ou le fond. L’histoire est unique; certes l’enquête reste une enquête avec ses énigmes, ses charades et ses indices, un peu à la Dan Brown mais ça m’a littéralement absorbé. L’auteur a aussi distillé assez d’indices ici et là pour qu’on s’amuse à y prendre part et donc ça permet de se sentir intégré à l’histoire. Le coté unique vient surtout de ce qui se déroule dans l’autre dimension et on ne peut se retenir de se dire qu’il est peut-etre vrai ce Livre de Poussière ou chacun fait de notre vie est déjà inscrit à l’encre noire.

C’est un roman ou il y a une de tout pour tous: un zeste de polar, une bonne dose de fantastique, une pointe de romance, un chouia d’humour et beaucoup d’aventures. La bibliothèque des existences s’adresse à tout public et je le recommande vivement. J’espère pouvoir découvrir d’autres romans de cet auteur dans le futur.

Si je ne devais retenir qu’un passage…

On oublie souvent de le mentionner en quittant son pays natal, mais le mal du pays, ce ne sont pas de grandes phrases ni de grands sentiments, ce sont des petits détails, des petites miettes de plaisir qui tombent en dehors de l’assiette et qui vous manquent terriblement, une fois là-bas.

Envie d’en savoir plus?

Edition: Librinova                                                                                Première publication: 2017
Pages: 263 pages                                                                                             Genre(s): Fantastique

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s