Chick-Lit, Contemporain, Parlons bouquins...

Un merci de trop de Carène Ponte

IMG_0285

S’il fallait décrire Juliette en un seul mot, transparente serait sans nul doute le bon. Oui, c’est ça, transparente.
Depuis qu’elle est toute petite Juliette a toujours fait ce que l’on attendait d’elle. Pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir. Mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à 30 ans, elle mène une vie sans relief et ennuyeuse au possible. Une vie dans laquelle choisir entre lasagnes et sushis est un événement.
Pourtant, elle se sent de plus en plus à l’étroit dans cette vie, dans cette peau.
Elle a envie de crier qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.
Elle a envie d’aborder celui qu’elle croise tous les jours dans son immeuble. Pour lui dire qu’il lui plaît.
Et par dessus tout, elle a envie d’enfin réaliser son rêve, celui de devenir écrivain.
Il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Même si elle est loin d’imaginer ce qui va en découler !

Mon avis

J’aime bien lire un livre léger de temps en temps, un feel-good, un peu de romance où tout va mal mais ça va aller tellement mieux dans une page ou deux… Ado j’avais dévoré les Bridget Jones, Olivia Joules, les tribulations de … y’en a tellement eu que je ne m’en souviens plus. Alors après Shining, Un merci de trop me semblait un bon choix, d’autant plus que je suis à un virage dans mon questionnement sur l’existentialisme. Bref, parfait je disais donc…

Je ne sais pas vous mais moi j’ai parfois envie de casser ce moule dans lequel on m’a soit forcé à entrer soit je m’y suis mise toute seule comme une grande. Alors Juliette Fais-ce-qu-on-attend-de-toi, ben malheureusement parfois ça me parle. Et pourtant j’ai un caractère bien affirmé comme dirait mon père, mais parfois c’est plus facile d’accepter les choses. Et j’ai décidé de choisir mes combats plutôt que de me battre pour des futilités. Alors donc Juliette, je l’aimais bien au début; certes j’avais une folle envie de lui botter le derrière (sûrement parce que je ne peux pas me le faire à moi-même) mais elle avait l’air cool. Mais très très vite on est entré dans le gnan-gnan. Bon c’est toujours un peu le risque avec ce genre de romans mais là, vraiment je me suis sentie stupide. Alors oui, elle a un rêve et plaque tout pour y arriver, ok je marche. Elle fait la rencontre avec l’homme de sa vie dans une situation incongrue… bon moi aussi j’aime bien regarder Love actually, Coup de foudre à Notting Hill, Dirty Dancing etc donc okidoki je ferme mes yeux et je suis mais tout le reste c’est juste trop simple pour moi. En plus je ne peux même pas expliquer ce que j’entends par ‘le reste’ sinon je dévoile le livre et je ne voudrais pas spoiler qui que ce soit.

Il me semble que j’ai déjà dit que je ne suis pas une fan de grande littérature, de romans savants ou je ne comprends qu’un mot sur deux [surtout que je ne manie plus la langue de Molière comme à l’époque du lycée (croyez-le ou non mais j’étais forte en grammaire et conjugaison mais ça, c’était avant que j’utilise quotidiennement la langue de Shakespeare)] mais là j’avais l’impression d’être une ado écervelée. Que ce soit les personnages, leurs attitudes, leurs interactions, les dialogues, tout est stéréotypé et a un goût de fake. En fait voila j’y croyais pas, c’était pas assez abouti et réaliste pour me captiver. Faisons une comparaison avec Bridget Jones de Helen Fielding par exemple vu que c’est dans le même style et que beaucoup connaisse: tout était possible dans la vie réelle, parfois un peu tiré par les cheveux d’accord mais c’était plausible pour une trentenaire. Dans Un merci de trop, c’est comme si c’était écrit par une ado qui se fait passer pour une adulte. Ce manque de réalisme a fait que j’ai passé plus de temps à lever les yeux au ciel qu’à faire des ‘ohh so cute’ ou meme juste sourire.

Donc non ça n’a pas pris pour moi, je suis même étonnée que l’édition Michel Lafon ait publié un roman comme celui-ci bien que je ne doute pas qu’il puisse trouver son public.

Si je ne devais retenir qu’un passage…

Et si c’était aujourd’hui? Et si ce « merci » était le merci de trop? Le dernier? Et si pour une fois je laissais remonter à la surface cette petite voix qui s’est tue depuis toutes ces années? Et si je la laissais prendre du service? Qu’est-ce que je risque? Sinon d’être heureuse. Enfin.
Se lancer ou ne pas bouger? Tenter de réaliser son rêve ou mourir à petit feu? Devenir soi ou rester quelqu’un d’autre? Autant de questions qui tournent dans ma tête.

Envie d’en savoir plus?

Edition: Michel Lafon
Pages: 173 pages                                                                                   
Genre(s): Chick-Lit / Contemporain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s